Les céramiques

Depuis que j’ai vu l’expo Johan Creten à la galerie Emmanuel Perrotin, ma passion pour la céramique a redoublé. Dans mon quartier, deux ateliers devant lesquels je passe tous les jours me fascinent.

Image

Celui-ci, rue de la Folie Méricourt, est tenu par Kristina Maskos. Elle utilise une technique d’émaillage particulière : celle du raku, qui vient de Corée et du Japon. Elle utilise du grès chamotte, plus résistant et fait subir à ces pièces tout un tas d’épreuves !

Elle jette dans le four des feuilles, du sable, de la terre qui se déposent sur les poteries pendant leur cuisson (à 1000°C) C’est quitte ou double : soit l’objet explose sous le choc, soit cela crée des effets e couleurs vraiment superbes et toujours aléatoires. C’est pour cela que l’émail est très craquelé. Les pièces sont par ailleurs enfumées, brûlées, refroidies dans l’eau et subissent des chocs thermiques extrêmes.

Dans cet autre atelier de la rue Ternaux, c’est l’adorable Olivia Marie qui travaille à son compte depuis septembre.

Image

Après avoir été restauratrice de fresques pendant des années (rien que ça, c’est déjà rocambolesque), elle en a eu assez de se geler les miches dans les églises du fin fond de l’Auvergne et de ne jamais voir son homme, intermittent du spectacle toujours en vadrouille. Ils sont se sont donc installés à Paris avec leurs trois enfants. Elle a ouvert son atelier pour répondre à une grosse commande mais continue de peindre pour elle.

Image

Regardez ces formes : elles composeront bientôt des lustres à la fois zen et un peu seventies.

Donc voilà, l’autre jour j’ai pris mon courage à deux mains et je lui ai demandé de me donner des cours. On a bien accroché et elle m’a raconté son parcours, la différence entre les céramiques : la porcelaine, fine et translucide, et le grès plus épais et opaque. Elle m’a expliqué ce que c’était au juste que l’émail (de la poudre de verre avec des oxydes métalliques dans laquelle on plonge l’objet avant de le faire cuire. Les oxydes, en chauffant, se colorent et teintent les pièces).

Image

Elle est trop mignonne, non ?

Je suis ressortie de son atelier avec un sourire béat aux lèvres et l’envie de me lancer, moi aussi, de créer mon lieu, virtuel ou réel, de faire quelque chose de mes dix doigts et de mon cerveau. Et sans plus attendre.

Et vous, quelle est la dernière rencontre qui vous ait enthousiasmé au point de vouloir danser dans la rue et serrer les passants dans vos bras ?

Publicités

3 réflexions au sujet de « Les céramiques »

  1. suis tres heureux de découvrir ton atelier qui m’a l’air tres approprié à la fabrication et à la vente qui je te le souhaite marchera d’enfer!!!! papé

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s